Entre pop n' street'art, Byshoo puise son inspiration dans les diverses formes d'expressions populaires glanées dans son quotidien et au cours de ses nombreux voyages. Il traite des thématiques actuelles d'un point de vue symbolique, superposant à la réalité de notre société une dimension poétique.
Formé et nourri par les métiers de la communication, il est aux premières loges d'un monde agressif et mutant qu'il rêve en délires kaléidoscopiques.
Dans un décor onirique, il dépeint notre société de consommation au bord du chaos et la naïveté délirante de l’enfant qui sommeille en chacun de nous. Ses expositions se succèdent, offrant des univers toujours nouveaux et surprenants, n’ayant de cesse d’évoluer et de se réinventer.
En 2013 avec « Utöpia », il propose un voyage surréaliste au pays de mannequins ivres d’illusions, d’enfants gourmands de marques acidulées et de clowns heureux sans visages où règne un air de nostalgie d'une enfance oubliée...
En 2014 il présente « Sk!ns », prolongement d’Utöpia, où il sculpte le théâtre de ses personnages atypiques au lyrisme exacerbé.
En 2016, il effectue un virage avec son projet « Display! » en alliant les codes des médias de masse et de la publicité. Il se veut plus engagé et dénonce ouvertement ce matraquage médiatique visant à hypnotiser une population lobotomisée et à un consumérisme exacerbé de produits loin d’être sans danger.
Sa technique mixe la peinture au volume en passant par des superpositions de couches graphiques et colorées et témoigne de l’accumulation d’informations de notre quotidien marketé…
Byshoö’s artistic concept is the result of a mix of cultures and is inspired by various pictorial sources. Trained in the field of communication arts, Byshoö, nourished by the overwhelming flow of images we are daily exposed to, uses them as his creative raw material. The artist assembles and splits images up, similarly to a kaleidoscope, to offer a journey in a playful universe, approaching surrealism. The artist’s delirious world, although apparently joyful, holds aggressiveness, enslavement and forced normality. He revisits, in a more ruthless manner, the pop-art movement, from which he follows the main structure. Byshoö warns us against the explosion of our consumer-driven society but reveals the innocence, the fear and the hope of the child within each one of us.
Submit
Thank you!
Back to Top